Elementor #5236

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.Le champ pétrolifère de Prudhoe Bay est un champ pétrolifère situé dans la région de l’Alaska North Slope en Alaska aux États-Unis. C’est le plus grand gisement de pétrole conventionnel du pays et le deuxième d’Amérique du Nord après Cantarell au Mexique. Il est découvert en 1968, alors que l’Alaska n’est un État américain que depuis neuf ans. Du fait de son extrême isolement géographique dans un climat polaire, sa mise en exploitation a nécessité un gigantesque investissement. La mise en production du gisement, en amont, ne fut que le premier maillon d’une chaîne logistique comprenant un oléoduc de 1 300 km traversant l’Alaska du nord au sud, un port pour charger le pétrole sur la côte sud de l’Alaska, une flotte de pétroliers, une raffinerie, et un autre oléoduc au Panama. À cela s’ajoutent des moyens de soutien : pour pouvoir faire travailler des milliers de personnes sur le site, il fallut construire une piste, un aéroport et des logements. L’isolement social et géographique de ses travailleurs a contribué à forger une légende autour de Prudhoe Bay.

La production du gisement commence en 1977. Au milieu des années 1980, à son apogée, Prudhoe Bay représente 3 % de la production mondiale de pétrole, et 18 % de la production des États-Unis. Étant de loin le plus important de la région, il devient aussi le centre autour duquel s’organise l’exploitation des autres gisements du nord de l’Alaska et transforme profondément l’économie de l’État. La production diminue graduellement à partir de 1989, mais le gisement reste un actif pétrolier capital.

Le gisement appartient conjointement à plusieurs compagnies pétrolières. BP en fut longtemps l’exploitant, sans pour autant en être l’actionnaire principal, avec 26 % des parts. En 2019, le géant britannique cède ses parts à une compagnie américaine indépendante, Hilcorp Energy, qui en est maintenant l’opérateur. ExxonMobil et ConocoPhilips, comme héritiers des investisseurs originaux, détiennent chacun 36 %, 2 % appartiennent à des actionnaires mineurs. Le gisement pourrait connaitre une deuxième vie comme producteur de gaz naturel, mais en 2021 ce projet est en suspens depuis de nombreuses années.

Bouton retour en haut de la page