Décès de Jacob Desvarieux : l’hommage de la scène

Jacob Desvarieux sur scène lors d’un live en 2020 /©Kassav’

Membre emblématique du groupe Kassav’ qui a fait vibrer le monde au rythme du zouk durant plus de quatre décennies, Jacob Desvarieux s’est éteint ce vendredi 30 juillet à Pointe-à-Pitre des suites du Covid-19. Les hommages se succèdent depuis l’annonce de sa mort.

D’une gamme mineure, la musique afro est inondée. Ce vendredi 30 juillet 2021, en fin d’après-midi, le nom de Jacob Desvarieux a envahi la toile…l’instrumentiste guadeloupéen est décédé à 65 ans à Pointe-à-Pitre des suites du Covid-19. Jacob Desvarieux était l’un des fondateurs du groupe Kassav’, monument aux Antilles qui a connu un énorme succès dans les années 80 en mélangeant des musiques locales pour créer un style nouveau, le zouk.

De santé fragile depuis une greffe rénale, le chanteur et guitariste guadeloupéen avait été hospitalisé le 12 juillet à Pointe-à-Pitre après avoir été contaminé par le coronavirus. Et tout le monde espérait une issue favorable… On se souvient que dès l’annonce de son hospitalisation, des milliers de fans et d’amoureux du zouk attendaient des nouvelles rassurantes… Et pour tous, l’annonce du décès de Jacob Desvarieux a été une véritable onde de choc…

Des Hommages unanimes 

Qu’ils soient aux Antilles, en Afrique ou dans le reste du monde, anonymes, personnalités politiques et artistiques saluent la mémoire de Jacob Desvarieux sur les réseaux sociaux. « Les Antilles, l’Afrique et la musique viennent de perdre l’un de ses plus grands ambassadeurs. Jacob, grâce à ton art, tu as rapproché les Antilles à l’Afrique. Dakar, où tu as vécu, te pleure. Adieu, l’ami », a tweeté le chanteur sénégalais Youssou N’Dour, figure majeure de la world music.

L’empreinte de Jacob Desvarieux  sur la musique est indélébile. Dans son ouvrage intitulé « Le Makossa, une musique africaine moderne » paru en 2010, l’ethnomusicologue Jean-Maurice Noah écrit : « Il (Jacob Desvarieux) fait partie de la légion étrangère du makossa […] Il a participé à près de 90% des productions camerounaises, tous rythmes confondus” Sur la scène afro-funky-disco, Jacob Desvarieux avait travaillé les projets comme ceux du Camerounais Pasteur Lappé, roi du sekele movement, ou de ceux de la Tunisienne Chantal Curtis. Pour l’artiste béninoise Angélique Kidjo, l’œuvre de Jacob Desvarieux a permis de rapprocher l’Afrique et les Antilles de manière humaine et musicale.

Tweet

Jacob Desvarieux, ton génie musical m’a tellement influencé et très peu de gens savent que tu as joué des guitares incroyables sur plusieurs de mes chansons comme Fifa, Akwaba. Vous avez rapproché l’Afrique et les Antilles de manière humaine et musicale. C’est un grand accomplissement.

Tweet

Une contribution que salut l’artiste ivoirien A’salfo du groupe Magic System

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page