JO Tokyo : 14 athlètes africains écartés de la compétition

À moins de deux jours du coup d’envoi de l’athlétisme au Stade olympique de Tokyo, vingt athlètes, dont 14 Africains, ont vu leurs rêves brisés quasiment ce 29 juillet 2021. Ces athlètes ont été écartés des épreuves d’athlétisme de la compétition. L’Unité d’intégrité de l’athlétisme indique qu’ils n’ont pas respecté les règles en matière de contrôles antidopage.

Performance peu-favorable pour les athlètes africains aux jeux olympiques de Tokyo 2020. Le 29 juillet 2021, vingt athlètes, dont 14 africains, ont été écartés des épreuves d’athlétisme de la compétition. Selon l’Unité d’intégrité de l’athlétisme, six pays, à savoir, la Biélorussie, l’Ethiopie, le Kenya, le Maroc, l’Ukraine et le Nigeria, n’ont pas rempli les conditions requises en matière de contrôles antidopage, moins de 2 jours avant le début des épreuves.

En ce qui concerne l’Afrique, il s’agit d’un représentant de l’Ethiopie, 1 du Maroc, 2 du Kenya, et 10 du Nigéria qui ont été écartés de la compétition. Ces athlètes n’ont pas subi les 3 contrôles antidopage inopinés, effectués hors-compétition et au cours des dix derniers mois, requis par World Athletics. Ce, alors que L’Ethiopie, le Kenya, le Maroc et le Nigeria font partie d’une liste de pays sous surveillance en matière de lutte contre le dopage.


Autre performance africaine, l’unique représentante de la boxe burundaise, Ornella Havyarimana a été éliminée dès son premier combat le 29 juillet 2021, en s’inclinant 5-0 face à la Serbe Nina Radovanovic.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page